L’Espagnol Pere Aurell et la nouvelle venue allemande Maria Koller remportent la cinquième course de la Migu Run Skyrunner World Series® 2019 sur l’île de Madère. Les deux athlètes ont remporté leur première victoire sur ce parcours très technique et “très skyrunning” après une bataille difficile avec certains grands noms de la discipline.

C’était un jour de douleur, de sueur et de respect sur l’île portugaise de Madère. La sixième édition de la Maderia Skyrace a s’est déroulée sur un parcours spectaculaire et exigeant de 55 km avec un dénivelé positif de 4 100 m, allant de la mer au ciel.
Le peloton masculin comptait de nombreux grands noms, mais deux en particulier se sont distingués. Dès le début de la course, Dmitry Mityaev, le russe, a donné le ton à une vitesse fulgurante avec le tout aussi puissant, Pere Aurell, l’espagnol, à la traîne – tout le monde s’attendait à une bataille des deux bêtes.
Après une montée de 1 400 m, les hommes sont arrivés au premier sommet de la journée avec Mityaev en tête. Weston Hill, le néozélandais, suivait de près, poursuivi par Aurell, qui était revenu à la 3ème position. Le coureur français Beñat Marmisolle est arrivé quatrième au sommet.
Au moment où le groupe d’hommes atteint le km 13, Marmisolle était passé en deuxième position derrière Mityaev. Aurrell était à moins d’une minute derrière et semblait toujours solide et le coureur italien, Dani Jung, avait réussi à se rattraper et à rejoindre le groupe de tête.
A ce moment là, les coureurs devaient faire face à un véritable défi: une section de via ferrata, extrêmement technique et risquée. Les hommes ne présentent absolument aucun signe de peur et gravirent rapidement le versant rocheux en direction de Pico Ruivo, le plus haut sommet de l’île à 1 862 m d’altitude.

Photo David Gonthier

La poursuite s’est poursuivie jusqu’à une section à flanc de falaise entre le km 30 et 35. C’est à ce moment-là que Mityaev, qui expliqua plus tard qu’il “ne s’était pas suffisamment rétabli” après sa récente deuxième place sur la Transvulcania il y a trois semaines. Cela a permis à Aurell, désormais en seconde position, de saisir son opportunité et de le dépasser.
Mityaev a surpris tout le monde en abandonnant au 13ème km, en expliquant que ses douleurs dans le fessier et la jambe étaient devenues trop difficiles pour lui. Après une cinquième place en 2017 et un abandon l’année dernière, Aurell a finalement franchi la ligne d’arrivée en première place avec un temps de 6h06’01 – un exploit qu’il a pu partager avec sa femme, Ragna Debats, gagnante l’année dernière.
« Je me sentais bien dès le début mais je ne voulais prendre aucun risque. L’année dernière, j’ai aussi commencé fort, mais j’ai dû abandonner », a déclaré le champion 2019. « Ce fut un grand combat avec Mityaev. Nous étions toujours ensemble, nous deux et Beñat, mais dans la descente, j’ai décidé de prendre un risque et de prendre un avantage. C’était ma première course de la saison et je ne m’attendais pas à gagner, donc ça fait du bien. “
Mityaev a dit plus tard qu’il était heureux que ce soit Aurell qui ait gagné. « Je le respecte en tant qu’athlète et il méritait de gagner aujourd’hui. Nous sommes semblables à certains égards et j’aime courir avec lui. Il est un coureur très fort et talentueux.”

Pere Aurell, le vainqueur – Photo David Gonthier

Chez les femmes, les spectateurs ont été étonnés de voir l’allemande Maria Koller franchir la ligne d’arrivée en première position en battant la favorite russe, Ekaterina Mityaeva et Takako Takamura, la japonaise avec un chrono de 7h20’06 ” .
« Je suis venu ici sans attente. Tout le monde m’a dit à quel point Madère est formidable et je voulais juste voir le parcours et aimer courir à nouveau, car je me suis blessé pendant quelques mois. Ce n’est que lors de la deuxième ascension, lorsque l’on m’a dit que j’étais en deuxième position, que j’ai réalisé à quel point j’allais bien. Je me sentais bien et j’avais beaucoup d’énergie, alors j’ai poussé et rattrapé la première fille à la troisième station de secours.”
Le jeune professeur originaire de Bavière, en Allemagne, vient du monde du sprint court mais a fait la transition vers la course en montagne en 2015. « J’avais déjà couru en trail, mais c’est ma première Skyrace. Avant aujourd’hui, c’est la seule que j’avais prévu pour cette année, mais ces courses sont tellement enrichissantes et en plus dans des endroits sensationnels, j’aimerais en faire de nouveau dans le futur. ”
Encore plus impressionnant, Koller a réussi à rester en tête pendant presque toute la course.

Maria Koller – Photo David Gonthier

Ekaterina Mityaeva, l’athlète russe et épouse de Dmitry Mityaev, a franchi la ligne d’arrivée à la deuxième place, à 2’40” de Koller.
Casajuana a réussi prendre la dernière place sur le podium avec un chrono de 7h34’02”, suivi de Takako Takamura, la skyrunner la plus dure du Japon, à 7h42’12” et de l’espagnole Roser Espanol, cinquième après 7h53’17” de course.

2019 Madeira Skyrace résultats

2019 Migu Run Skyrunner® World Series classements

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de saisir un commentaire
Veuillez saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.