Thibaut Baronian
Thibaut Baronian lors du Marathon du Mont Blanc 2019 - © Simon Dugué

Il sera le favori pour son retour à la compétition dimanche sur l’Ubaye Trail Salomon (42km / 2 300m D+), et pour cause, il est certainement le meilleur Français sur ce type de format. À défaut de Golden Trail Series, Thibaut Baronian change ses plans, mais cela ne semble pas beaucoup le contrarier. « Il faut s’adapter », nous dit-il tranquillement à quelques heures de raccrocher un dossard sur le torse. Il fait le point avec nous sur sa forme et sa saison si particulière.

Question classique, mais de circonstance, comment vas-tu ?

Ça va plutôt bien, la forme est là a priori, même si j’ai coupé il y a 15 jours. Je ne me suis pas du tout préparé spécifiquement pour cet Ubaye Trail, je vise plutôt d’être prêt pour l’autonome où il y aura les échéances principales pour moi.

Tout de même heureux de remettre un dossard ?

Bien sûr ! On est des compétiteurs, on aime batailler sur les courses, cela fait partie de notre quotidien et c’est un plaisir de reprendre un départ même dans ce contexte un peu spécial. Mais je crois malheureusement qu’il faut s’y faire, car cela risque de durer encore un peu.

À défaut de Sierre Zinal, tu viens courir ici à l’Ubaye Trail – le Français avait terminé 4e en 2012 et 2e en 2016 – et tu seras le grand favori.

Favori ? Je ne sais pas, on est une dizaine, je crois, à pouvoir l’emporter. Le plateau est très relevé et c’est une très bonne chose. Je pense particulièrement à mes collègues du Team Salomon, Théo Détienne et Julien Michelon qui risquent de partir très fort. Ça ne devrait pas traîner dimanche, d’autant que tout le monde est remonté à bloc pour cette reprise, il va falloir gérer l’effort sur ce parcours plus compliqué qu’il n’y parait. C’est un vrai tracé de montagne, avec de nombreuses relances sur la deuxième partie.

Tu parles de tes collègues du Team Salomon avec qui tu as passé une belle semaine sur votre Traversée. Comment cela s’est passé ?

Tous les membres français du Team Salomon – François d’Haene, Camille Bruyas, Michel Lanne, Seb Spehler, Thibaut Baronian, Théo Détienne, Nathan Jovet, Julien Michelon – ont réalisé, en relais, une traversée entre l’Alsace et Nice, uniquement en courant et à vélo.

C’était une aventure incroyable, très fatigante, mais vraiment superbe. C’était l’année pour le faire, étant donné l’absence de courses, et je crois qu’on a vraiment tous beaucoup apprécié ces moments de partage. C’était la première fois que le Team était réuni au complet, et cela nous a permis aussi de nous connaître un peu mieux – Théo Détienne et Camille Bruyas ont rejoint le Team récemment. C’était une très belle semaine vraiment centrée sur le plaisir.

On vous a vu enchaîner des distances impressionnantes, en aidant les collègues quand ce n’était pas à votre tour de prendre le relais. Pas trop épuisant ?

Bien sûr sur le plan physique ce n’était pas de tout repos, mais le rythme n’était jamais trop élevé, donc ça allait. Par contre la difficulté pour moi a été le sommeil. J’ai enchaîné trois nuits de trois heures, la fatigue se faisait sentir !

Cela te donne envie de refaire ce type d’expérience dans le futur ?

Pourquoi pas ! Une traversée comme celle-ci peut-être pas, car cela demande une grosse logistique, et que tout le monde soit disponible au même moment, mais partager d’autres moments ensemble forcément ça donne envie.

Ces projets en “off” sont vraiment centrés autour du plaisir, je crois que c’est important de s’accorder ces moment-là. Maintenant, on ne peut pas faire que ça. Faire des “off” pendant 10 mois, au bout d’un moment, ça peut devenir lassant. En cela, on est heureux de reprendre la compétition.

Malgré l’incertitude sur la tenue des événements dans les semaines qui viennent, peux-tu nous donner un peu ton programme pour la fin de saison ? Enfin les Templiers ?

Le gros objectif de l’automne devrait être l’épreuve des Golden Trail Series aux Açores – course en 4 étapes (entre 26km et 36km) du 29 octobre au 1er novembre – si elle a lieu, bien sûr. Pour le moment, c’est toujours maintenu, mais désormais on avance de semaine en semaine, il est difficile de se projeter si loin. Si cela devait être annulé, alors j’irai sur les Templiers, une course sur laquelle j’ai envie de revenir – le Français avait terminé 6e en 2016, année de la victoire de Miguel Heras.

J’irai également à la Skyrun au Pays basque et sur le 45km du Trail de Serre Ponçon. Et puis bien sûr, je serai présent sur le Trail des Forts, chez moi, à Besançon. Cela fait un beau programme tout de même !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de saisir un commentaire
Veuillez saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.